Qui est kiro ?

Au pays de la faïence de Lunéville, dans l’Est de la France, naît en 1954, un dénommé Robert.

Toutefois, c’est à Reims en Champagne, que celui-ci grandit, entre les tours de la cathédrale et celles de la basilique Saint-Remi, dans une ville fortement marquée par l’architecture Art déco, où l’on peut admirer aussi bien les vitraux de Chagall que les œuvres de Foujita.

Rêveur depuis la naissance, il oublie parfois de se rendre en classe, mais jamais aux cours hebdomadaires de l’Ecole des Beaux-Arts destinés aux enfants. Il y découvre auprès de François Gentilini le plaisir de créer. Quelques années plus tard, après le lycée, il y retourne cette fois en tant qu’étudiant.

 

Dans l’ébullition des années 70, surnommé Bob, il se dirige vers le champ éducatif et social. Au fil des années, il peaufine ses interventions en utilisant les pratiques culturelles comme outil de médiation et d’ouverture au monde. Sa rencontre avec la Compagnie du Fuste et le monde de la marionnette le conduit à s’intéresser plus particulièrement à la sculpture. Par ailleurs, il approfondit sa réflexion et sa formation en préparant un diplôme universitaire en gestion des projets culturels.

Devenu Kiro, il reprend un atelier d’artiste dans le Finistère sud, non loin de Pont-Aven et des lieux qui ont inspiré les peintres de cette école.

 

Désormais, c’est dans le Tarn, sur les terres d’Henri de Toulouse-Lautrec et de Lucie Bouniol, et plus précisément à Albi, qu’il a choisi de faire vivre sa passion et qu’il veut permettre aux amateurs d’accéder à leur propre univers artistique.

Son monde à lui est aujourd’hui composé d’œuvres qui ont l’énergie de ses engagements :

l’humanité, la beauté et la liberté qui étaient déjà dans la tête du petit garçon qui n’oubliait jamais ses crayons.